"Si Open Sky ouvre, je fais faillite" Les petits commerçants de la CASA désespérés face au futur centre commercial à Sophia Antipolis

Le collectif MySophiaAntipolis est allé à la rencontre des petits commerçants autour de Sophia, pour une campagne d'affichage contre le futur centre commercial "OpenSky".

 

Partout, l'accueil est chaleureux :
"Je ne mets jamais d'affiche d'habitude, mais là tu peux m'en laisser 10, je vais en placarder partout !", nous dit cette restauratrice à Garbejaire.

 

La plupart des commerçants sont partagés entre colère et dépit. Ils dénoncent un projet fait sans concertation, qui les met directement en danger, au profit de quelques grosses enseignes. Plusieurs évoquent des confrères à Polygon Riviera, au bord de la faillite.

"C'est fou, d'un coté ces centres commerciaux nous mettent difficulté, et de l'autre, les petites enseignes qui sont sur place n'arrivent pas à en vivre : il n'y a que le promoteur qui se gave."

 

Quelques uns découvrent l'existence de ce projet et tombent des nues:
"C'est une blague ? Encore un centre commercial ? Mais ils sont fous !"

 

À Antibes, de nombreux commerçants en veulent doublement à Jean Leonetti : pour son soutien appuyé à OpenSky, en tant que président de la CASA, et le projet Marenda-Lacan, en centre ville d'Antibes.

 

Jean Leonetti annonce pourtant que cette réfection du centre ville, censée ramener de l'affluence, contre balancerait les effets de OpenSky. Plusieurs commerçants ne l'entendent pas de cette oreille, et y voient une double concurrence, pour un projet destiné surtout aux grandes enseignes et aux franchises, sans compter une perte importante de chiffre d'affaire pendant les travaux

Les commerçant en viennent spontanément à citer David Lisnard, le maire de Cannes (officiellement opposé à OpenSky et Ecotone), et à envier les cannois :
"Lui au moins, il sait défendre ses petits commerçants"

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0