OpenSky à Metz - béton peint en vert, faux gazon & bouchons : on est loin de la brochure commerciale

 

Ouvert en 2014 près de Metz par la Compagnie de Phalsbourg (même promoteur que pour Sophia), le centre commercial « Wave Actisud » préfigure ce que serait Open Sky à Sophia Antipolis : loin du green washing affiché sur les plaquettes par les architectes pour de tels projets, la réalité est bien plus banale : une immense verrue de béton et de verre, couverte de nature en toc, qui cause des bouchons et concurrence les commerçants du centre ville. On aurait pu s’en douter.

 

La situation à Metz est similaire à celle de Sophia sur plusieurs points :

Du green washing … à la réalite

 

Comme pour Sophia, la Compagnie de Phalsbourg a fait marcher à plein le marketing pseudo-écolo :

  • bâtiment à « haute performance » énergétique
  • parkings végétalisés
  • lac artificiel (en quoi est-ce écologique déjà ?)

Rappelons d’abord une évidence : quelle que soit sa performance énergétique, aucun projet inutile (à l’image de ce nième centre commercial) ne saurait être « écologique » : il consommera toujours infiniment plus de ressources et d’énergie que s’il avait été simplement abandonné. L’urgence écologique et climatique que nous subissons exigent une vraie radicalité. Il est nécessaire que, collectivement, nous opérions des arbitrages et questionnons l’utilité de toute nouvelle infrastructures d’envergure : il est indispensable de repolitiser l‘économie.

 

Au delà de cette évidence, les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Il n’y a guère plus que quelques élus pour être encore bernés par des histoires de « végétalisation » et de « bâtiment écologique ». Pour les architectes de ces projets, l’écologie n’est que cosmétique :
Les quelques espaces verts aménagés prévus à l’origine ne présentent aucun
des bienfaits de la nature qu’ils remplacent : biodiversité, captation de carbone, fixation des sols, etc, ...

Dans le cas de Metz, l’arnaque est encore plus criante. Les parkings végétalisés le sont à renfort de plaques de faux gazon
collées sur l’asphalte, et le toit végétalisé est une vulgaire couche de peinture verdâtre sur du béton. Nous ne pensions pas tomber si proche de la réalité avec notre canular du 1er avril !

 

Les parkings « végétalisés » : Des carrés de pelouse en plastique. l’écologie cosmétique
Les parkings « végétalisés » : Des carrés de pelouse en plastique. l’écologie cosmétique
Brochure vs Réalité : peinture verdare sur béton en guise de toit végétalisé
Brochure vs Réalité : peinture verdare sur béton en guise de toit végétalisé

Des bouchons monstre

 

Ici encore, comme pour le cas de Sophia, la problématique de la circulation a été sciemment ignorée. Le centre commercial a été construit dans une zone au trafic déjà saturé. Dès l’ouverture du monstre, les usagers et les autres magasins de la zone en pâtissent.

 

Les articles de la presse locale sont édifiants :

 

« Nous sommes asphyxiés », alerte Bénédicte Morreale. « On a créé une zone commerciale sans vérifier les accès pour les autres commerces. » Conséquence directe d’une telle situation pour la gérante d’Ambiance et Styles : « Nous perdons entre 40 et 60 % du chiffre d’affaires par semaine et les pertes du samedi ne se lissent pas sur la semaine. »

 

Une cliente bloquée 1h30 dans sa voiture

 

« Tous les commerçants racontent la même histoire, celle d ’« une cliente bloquée pendant 1h30 dans sa voiture ». Franck Mathieu, directeur de Sport 2000, confirme « une situation catastrophique. Les clients nous disent qu’ils ne viendront plus le samedi en raison de la saturation de la circulation ».

Un petit tour sur les commentaires de TripAdvisor permettent de mesurer l’ampleur du problème :
"Le centre et la zone toute entière n'ont pas été conçus pour gérer les fortes influences. Vous vous retrouvez prisonniers du parking, compter 50 minutes pour rejoindre l'autoroute, située à 2 km !"

Hélas, tout est en place pour que le même fiasco se reproduise ici à Sophia : des élus irresponsables et des promoteurs poussés par l'appat du gain, pour un projet catastrophique qui rendra Sophia invivable.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Servanton (mercredi, 03 juillet 2019 10:49)

    Sophia est déjà saturé ! La région est de plus en plus invivable pour les autochtones qui y vivent et y travaillent toute l année, et alors en été......
    no comment ���
    Projet destructeur mais pas pour certains...���

  • #2

    Jacqueline (mercredi, 03 juillet 2019 22:43)

    On circule déjà très mal dans sophia, les centres commerciaux foisonnent dans les environ, la forêt est déjà attaquée de toute part par de nombreux projet, quand bien même il y a partout des surfaces à louer... Comment peut-on faire croître a la population que ce projet est viable ?