· 

Travailler à mi-temps, habiter en hauteur : les solutions de Jean Leonetti face à l’urbanisation sauvage de Sophia Antipolis

Dans une tribune qu’il nous fait parvenir, Le président de la CASA réagit à la mobilisation grandissante contre les projets de bétonnage de Sophia, appelant les usagers à la responsabilité individuelle.

 

Face à l’opposition massive contre le centre commercial Open Sky (plus large que son électorat, avec 19.000 signataires), et les railleries contre sa colline de béton Écotone, Jean Leonetti ne pouvait  rester muet :

« Les opposants à ces projets sont contre la croissance, et donc, contre la vie.»


S’il maintient avec force que le cadre du « développement » de Sophia Antipolis n’est pas ouvert à débat démocratique, il propose néanmoins des solutions concrètes pour faire face aux effets dévastateurs de la multiplication des projets de BTP à Sophia.

Trafic : Reconnaissant que OpenSky ajoutera bien 23.000 véhicules par jour sur les routes de Sophia, il ajoute :  « Et, je ne peux le nier, le bus-tram n’en compensera qu’une faible partie. Mais les sophipolitains pourraient facilement fluidifier le trafic en ne travaillant qu’un jour sur deux par exemple. Il est nécessaire que chacun y mette du sien pour réduire la pollution et l’empreinte carbone de la technopole.»

Inondations : «Il serait malhonnête de nier que l’artificialisation de 50 hectares supplémentaires d’ici 2030, dans le bassin versant de la Brague, n’aggravera pas les risques d’inondations. Pour mitiger ces risques et protéger sa famille, il convient d’éviter d’habiter au rez de chaussée et de privilégier les étages. C’est à chacun de se responsabiliser.»

Déforestation : Jean Leonetti promet l’inauguration d’un "Musée de l’Arbre" dans la colline artificielle Ecotone : « Ce musée de l’arbre permettra à nos petits enfants de découvrir, dans un milieu sécurisé et aseptisé, à quoi ressemblaient les arbres et la nature, avant l’avènement du progrès et des grands architectes». Le président de la CASA affirme aussi qu’il envisage avec Philippe Journo (PDG de la Compagnie De Phalsbourg) de peindre le béton en vert « pour un projet pleinement écologique

Gageons que, à l’approche des municipales, ces solutions pragmatiques sauront rassurer les électeurs de Jean Leonetti (ou de Éric Pauget, son dauphin).
P.V

 

Cet article est une parodie, qui met cependant en lumière la politique absurde de la CASA. Sans prendre en compte les limites physiques du territoire (inondations, saturation commerciale, accès, etc) , la CASA, par la voix de son président Jean Leonetti, poursuit une logique de croissance délirante, non négociable, et se retourne ensuite vers les usagers qui doivent, seuls, faire des efforts pour pallier, en aval, au conséquence désastreuses d'un urbanisme anarchique décidé en amont (trafic, pollution, risques d'inondations, morts des petits commerçants)

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0